Out of office

- 19/10/12
Categoría: Viajes
Imprimir Imprimir


© www.eltonodelavoz.com

5 Comentarios en “Out of office”

  1. 1 'Barbarito, el lector cubano' dijo a las 7:18 pm el 20/10/2012:

    ¡Feliz viaje! :-)
    Vuelve y cuéntalo…

    Well-loved. Like or Dislike: Thumb up 11 Thumb down 2

  2. 2 Humberta Herrera dijo a las 8:13 pm el 20/10/2012:

    Coño Jorge , tu eres fan a fastear con los bolos.
    Buen viaje.

    Well-loved. Like or Dislike: Thumb up 11 Thumb down 2

  3. 3 León Tusao dijo a las 2:21 am el 21/10/2012:

    Cuando bebas agua, recuerda la fuente.
    proverbio chino.

    De bien nacidos es ser agradecido.
    refrán.

    Well-loved. Like or Dislike: Thumb up 14 Thumb down 0

  4. 4 joseluis sito. Castro y la muerte. dijo a las 6:46 pm el 22/10/2012:

    Publicado hoy en la revista socialista francesa ´´Le Nouvel Observateur´´:
    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121022.OBS6524/quand-le-che-voulait-aneantir-new-york.html

    Cuando el Che quería aniquilar Nueva York:
    ´´La scène se déroule au Kremlin, le 30 octobre 1962, deux jours après que Nikita Khrouchtchev a décidé de retirer ses missiles nucléaires de Cuba. Le numéro un soviétique reçoit en tête-à-tête le patron du PC tchécoslovaque, Antonin Novotny. A chaud, il lui explique pourquoi il a cédé.

    “Cette fois, nous étions vraiment à deux doigts d’une guerre nucléaire, confie-t-il dans une conversation dont le compte rendu vient d’être publié pour la première fois (*). Nous avons reçu une lettre de Castro dans laquelle il nous disait que les Américains allaient attaquer dans les 24 heures. Il nous proposait de déclencher une guerre atomique en premier. Nous étions totalement stupéfaits.”

    “Clairement, Castro n’avait aucune idée de ce qu’était une guerre thermonucléaire. Après tout, si un tel conflit s’était produit, c’est Cuba qui aurait d’abord disparu de la surface de la Terre. Et puis, il pouvait y avoir une contre-attaque, potentiellement dévastatrice. Après tout, qu’aurions-nous gagné ? Des millions de gens seraient morts, dans notre pays aussi. Est-ce qu’on peut envisager une chose pareille ? Pouvons-nous permettre de mettre en danger le monde socialiste, imposé dans la douleur par la classe ouvrière ? Seule une personne aussi aveuglée par la passion révolutionnaire que Castro peut parler ainsi.”

    “Nous n’hésiterions pas”

    Après avoir cédé à Kennedy, Khrouchtchev n’a qu’une obsession : éviter que les missiles ne tombent entre les mains des Cubains. “Fidel” demande à conserver, ni vu ni connu, les armes nucléaires que les Américains n’ont pas découvertes. Sur ordre, l’émissaire de Moscou, Anastase Mikoyan, lui répond que c’est impossible. “Nous avons une loi qui interdit un tel transfert à qui que ce soit”, répond-il.

    C’est un mensonge. Mais le Kremlin n’a pas confiance. Il a raison. Quelques jours plus tôt, Che Guevara a déclaré en secret à l’ambassadeur de Yougoslavie à La Havane (*) : “Si nous, les Cubains, avions le contrôle de [ces] armes nucléaires, nous les installerions sur chaque centimètre de Cuba et n’hésiterions pas, si nécessaire, à les tirer dans le coeur de l’adversaire : New York.”

    (*) Publié dans le dernier numéro du “Cold War International History Project Bulletin”, sous la direction de James Hershberg, octobre 2012.

    Hot debate. What do you think? Thumb up 2 Thumb down 6

  5. 5 Nombre dijo a las 11:09 pm el 22/10/2012:

    ….tremenda sorpresa que dio el señor ferrer a sus lectores mas fundamierdalistas….primero los alboroto y los acomodo dandoles por su lado con los post de “CON VENEZUELA,CON CAPRILES” y “FIDEL CASTRO:GAME IS OVER” que los puso en extasis …la sorpresa llego cuando, teniendolos bien relajaditos ,les coloco un verdadero cohete en el culo con el de “…EXILITO NO ESTA CONTENTO” y luego se va de “vacaciones”…buena jugada del señor ferrer ….

    Hot debate. What do you think? Thumb up 2 Thumb down 8


Deje un Comentario